LA FORCE DU COLLECTIF

Face aux difficultés, le collectif est souvent un début de solution. Voici une petite sélection de romans et récits inspirants mettant en scène des personnages aux prises avec des problèmes qui les dépassent et où l'Autre constitue un soutien indispensable.

A pied, du Cercle polaire à l'Himalaya, 1941-1942

Libretto

10,00

Hiver 1941. Concevoir l’impossible. Refuser que d’autres choisissent pour vous une mort lente et fuir, fuir, en dépit de toute raison, poussé par une volonté farouche de reprendre sa liberté. Après avoir parcouru plus de 4 000 kilomètres en wagon plombé et à pied, à crever de froid pour rejoindre un camp au fin fond de la Sibérie glacée, un petit groupe de prisonniers décide de s’évader et de faire le chemin dans l’autre sens. Pour ces hommes venus de tous les horizons (un ingénieur américain, un droit commun russe, un officier de la cavalerie polonaise, un comptable...), s’échapper de cet enfer de glace ne sera que le début d’une aventure tout aussi extrême.

Souvent affamés, potentiellement la cible des locaux qui touchent l’équivalent d’un an de salaire pour la capture d’un fugitif, ils vont parcourir ensemble plus de 10 000 kilomètres en près d’un an, à travers la toundra, traversant les plaines de Mongolie, les fournaises du désert de Gobi, les sommets de l’Himalaya jusqu’à la Grande Muraille de Chine. Certains n’y survivront pas.

« Ce n’est pas de la littérature, c’est peut-être mieux que ça. » Nicolas Bouvier

AUTEUR :

Polonais né à Prinsk, officier de cavalerie en 1939, Slawomir Rawicz est fait prisonnier par les Soviétiques dès les premiers jours de la Seconde Guerre mondiale et sera envoyé dans l’un des camps les plus durs d’URSS. Fort de sa propre expérience, il a voulu qu’il reste une trace du courage de ces bagnards perdus au bout du monde et il a relayé, dans son roman, aidé par un jeune journaliste, des récits d’évadés qu’il avait entendu. Il est décédé en Angleterre en 2004.


11,00

Sur le quai de la gare de Perrache, un jour de l’année 1929, une jeune Hongroise, Szonja, a rendez-vous avec son avenir : la France où brillent encore les Années folles et l’usine qui l’a embauchée à la production de viscose. Répondre au désir des femmes d’acquérir ces tissus soyeux à bas prix ne lui fait pas peur. Son rêve, c’était de quitter le dur labeur de paysanne. À Vaulx-en-Velin, dans la cité industrielle, elle accepte la chambre d’internat chez les sœurs, les repas au réfectoire et les dix heures quotidiennes à l’atelier saturé de vapeurs chimiques. Les ouvriers italiens ne font-ils pas de même ? Elsa, Bianca, Marco et les autres tiennent les rythmes épuisants, encaissent les brimades des chefs, inhalent les fumées nocives contre de maigres salaires. Cela ne les empêche nullement de danser le dimanche au bord de la Rize. Dans ces modestes vies d’immigrés, la grande crise fera irruption, amenant chômage, mise à l’écart des étrangers et affrontements avec les ligues. Portée par une inébranlable solidarité et une détermination à vivre, la colère constituera le socle de leur rassemblement, jusqu’à aboutir au Front populaire.


8,40

"Le coeur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d'autres provinces, ils filaient vers d'autres corps." Réparer les vivants est le roman d'une transplantation cardiaque. Telle une chanson de geste, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d'accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le coeur, au-delà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l'amour.


Camila Sosa Villada

Points

7,50

« Un récit d’une poésie intense, éclairant la profonde solidarité entre ces travailleuses du sexe que la société met à l’index. »
LE MONDE
La nuit, dans le parc Sarmiento à Córdoba en Argentine, la Tante Encarna arpente les allées sur ses talons aiguilles en plastique et veille sur ses ouailles. Car, le soir, le parc devient le lieu d’un étrange balai et le territoire des prostituées trans. La Tante, figure divine et matriarcale, partage sa vie avec ces femmes aux parcours chaotiques et souvent fulgurants.
Les Vilaines est l’histoire sans misérabilisme du quotidien de ces femmes flamboyantes, de leurs rêves, leurs souvenirs, leur tendresse et leur solidarité de sœurs dans un monde qui les condamne.
Camila Sosa Villada est née en 1982 à La Falda, en Argentine. Traduit en dix langues, Les Vilaines, est son premier roman.
Traduit de l'espagnol (Argentine) par Laura Alcoba
Grand prix de l'héroïne Madame Figaro, catégorie roman étranger


11,90

Un groupe d'élite, formé dès l'enfance à faire face, part des confins d'une terre féroce, saignée de rafales, pour aller chercher l'origine du vent.
Ils sont vingt-trois, un bloc, un noeud de courage : la Horde. Ils sont pilier, ailier, traceur, aéromaître et géomaître, feuleuse et sourcière, troubadour et scribe. Ils traversent leur monde debout, à pied, en quête d'un Extrême-Amont qui fuit devant eux comme un horizon fou.
Expérience de lecture unique, La Horde du Contrevent est un livre-univers qui fond d'un même feu l'aventure et la poésie des parcours, le combat nu et la quête d'un sens profond du vivant qui unirait le mouvement et le lien. Chaque mot résonne, claque, fuse : Alain Damasio joue de sa plume comme d'un pinceau, d'une caméra ou d'une arme...
Chef-d'oeuvre porté par un bouche-à-oreille rare, le roman a été logiquement récompensé par le Grand Prix de l'Imaginaire.

Une nouvelle édition en poche.