La Ferme aux poupées

Wojciech Chmielarz

Agullo

  • par (Libraire)
    22 juillet 2019

    L'auteur nous livre à nouveau un regard sans concession sur la Pologne actuelle dans cette nouvelle aventure du Kub' que l'on retrouve pour notre plus grand plaisir. Un deuxième tome d'une grande qualité, encore plus sombre que le premier.


  • par
    21 juin 2018

    Muté, dans le cadre d'un échange de compétences, dans la petite ville de Kretowice, l'inspecteur Jakub Mortka est en fait sanctionné après une sale affaire qu'il a traitée à Varsovie (voir Pyromane).

    Kretowice, petite ville sans histoire, sauf que bientôt, une fillette de onze ans disparaît, sans doute enlevée et tuée par un pédophile. Icelui est très vite arrêté mais ce qui semblait être une enquête rapide révèle d'autres aspects lorsque l'inspecteur Mortka, dit Le Kub entre dans les mines d'uranium à l'abandon.

    Fin du suspense initié ici même il y a deux jours (voir Pyromane), voici donc le tome N°2 de la série avec Le Kub, dans sa livrée verte fluo, du meilleur effet et très simple à retrouver lorsqu'on ne sait plus trop où on l'a posé, si tant est que l'on se permette de le poser avant de connaître le dénouement. J'avoue l'avoir fait, car il souffre d'un très léger embonpoint pas rédhibitoire certes, mais un petit régime eut été une bonne idée. Ceci étant dit, Pologne oblige, le dépaysement est assuré, mais dans un cadre bien connu celui du roman policier. Vrai polar avec les codes du genre, le flic un peu bourru et solitaire, tête de mule, obstiné et parfois mal embouché, ce deuxième tome de la série ne remet en rien mon envie de continuer à lire les aventures de Mortka, au contraire, je sens qu'il y a là, un vrai bon filon. En plus de filer son enquête, de nous embrouiller, de nous perdre et dans le même temps de nous glisser des indices nous posant question, l'auteur a la bonne idée de parler de son pays. La domination russe est encore très présente dans les esprits, notamment lorsqu'un narrateur s'exprime sur l'histoire de Kretowice et de ses mines d'uranium largement exploitée par l'ex-URSS. L'intrigue est importante, les personnages aussi, chacun, même celui qui n'intervient que peu a le droit à quelques lignes descriptives et la Pologne l'est aussi, plutôt d'un point de vue social, ce que vivent au quotidien les Polonais, leurs humeurs, leurs idées, parfois reçues, parfois dures, mais assez parlantes quant à leur état d'esprit. J'aime bien lorsqu'un polar s'appuie sur un contexte qu'il explique ou qu'il expose.

    Un conseil pour finir ? Voilà, nous sommes au mois de juin, l'été arrive bientôt, et les vacances, commandez ou allez acheter les deux tomes de Wojciech Chmierlaz car ils pourraient bien être vos polars de l'été, et cette couverture verte fluo qui fera sensation sur les serviettes sur la plage ou sur les transats, enfin partout où vous serez, à tel point qu'il vous faudra en conseiller l'achat, chose aisée à faire puisque vous inspirerez alors un excellent moment de lecture.

    PARTAGER CET ARTICLE


  • 12 juin 2018

    policier, Pologne

    L’inspecteur Mortka, dit le Kub, a été envoyé par sa hiérarchie dans la petite ville de Krotowice, au coeur des Monts des Géants. Officiellement, il est là pour un échange de compétences avec la police locale. Officieusement, il y est pour se mettre au vert après ses frasques varsoviennes. Mais s’il pense être tranquille et avoir le temps de réfléchir à l’état de sa vie personnelle, il se trompe lourdement.

    Quand la petite Marta, onze ans, disparaît, un pédophile est rapidement arrêté, qui reconnaît le viol et le meurtre d’une jeune femme. Ces aveux amènent Mortka et les flics locaux à une macabre découverte : dans les tunnels d’une mine d’uranium désaffectée, on retrouve des cadavres de jeunes femmes émaciées et mutilées que personne ne cherche.

    Le Kub accepte de suivre l’enquête, et donne des conseils judicieux à ses collègues.

    En parallèle apparaît dans le récit une certaine Olga dont on devine peu à peu ce qu’elle fait là.

    Et puis les Gitans ne sont jamais loin, qu’un des enquêteurs soupçonne d’être coupable. On sent le racisme sous jacent.

    L’enquête met au jour un trafique de femmes et nous parle aussi du SIDA.

    Une enquête dans une région si jolie, nous disent les incipits de chapitres. Un personnage principal attachant avec des peines de coeur.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de l’ancienne mine d’uranium dans laquelle sont retrouvées les cadavres.